Aller au contenu principal

Sensibiliser les enfants à l’importance de la scolarisation

#AMEP
#Burundi
#Scolarisation

En cette fin d’année 2019, PLAY International revient sur le programme « AMEP », qui a marqué l’action de l’ONG au Burundi. Initié en 2016 dans 15 localités, ce projet a permis de sensibiliser 15 000 enfants à l’importance de l’école et aux discriminations auxquelles ils font face. Elodie Bouchot, Responsable des opérations de PLAY, dresse le bilan de cette aventure achevée en novembre 2019, et qui laissera un héritage concret : le programme EJO !

 

Elodie, dans quel contexte l'organisation a-t-elle initié ce programme AMEP ?

 

De 2016 à 2019, PLAY International au Burundi a mené le projet « Accès et maintien à l’école des enfants burundais grâce à la Playdagogie » (AMEP). Les douze années de guerre civile qui ont frappé le Burundi de 1993 à 2005 ont eu des conséquences dramatiques pour les enfants burundais. Le pays compte un nombre très important d'orphelins et d'enfants en situation de grande vulnérabilité : selon l’UNICEF, 74 % des enfants burundais vivent sous le seuil de pauvreté. De plus, l’accès à une scolarisation continue et de qualité n’est pas assuré. 

 

Aujourd’hui, 1 enfant sur 2 abandonne l’école avant la fin du cycle primaire. Face à ce constat, PLAY a initié le projet AMEP au bénéfice de plus de 15 000 enfants, 161 animateurs sportifs 23 enseignants, favorisant l’accès et maintien à l’école de ces enfants les plus vulnérables.  

 

Amep burundi groupe d'enfants

 

La nécessité de s'associer avec les acteurs du territoire était-elle au coeur du projet ?

 

Le programme était ambitieux et nous ne l’imaginions pas sans le soutien des acteurs burundais. C’était effectivement un préalable à son développement. Pour y parvenir, PLAY s’est entourée de deux structures associatives partenaires : l’Association pour la Promotion de la Fille Burundaise (APFB) et l’Association des animateurs socio-sportifs pour la Promotion des Droits de l’Enfant (ASSOPRODE).

 

Nous avons déployé ensemble un programme pédagogique basé sur la Playdagogie*, permettant de sensibiliser les enfants à l’importance de la scolarisation et à la lutte contre les comportements discriminants, tout en appuyant les compétences d’animateurs et d’enseignants permettant l’accompagnement éducatif et social des enfants. PLAY travaille également avec les Ministères de la Jeunesse, des Sports, et de l’Education, de la Formation technique et professionnelle, et échange sur l’utilisation du sport comme outil éducatif, vecteur d’inclusion. 

 

Amep Burundi seance animateurs

 

Quels résultats le programme AMEP peut-il présenté ?

 

Afin d’évaluer au mieux le projet, PLAY s’est basé sur un ensemble d’outils et une expertise externe, permettant de suivre son appropriation directement auprès des enfants et professionnels éducatifs, ainsi que son impact global sur le maintien à l’école des enfants burundais. 

 

Les résultats sont satisfaisants car une grande majorité des professionnels éducatifs déclare avoir acquis des compétences ou une meilleure compréhension des problématiques liées à la scolarisation des enfants. Par ailleurs, 99,5% souhaitent continuer à mener les activités auprès des jeunes une à 2 fois par semaine. De plus, le projet a permis l’augmentation de la participation des jeunes filles aux activités proposées. 

 

D’un point de vue plus global, il a eu un réel effet positif non seulement sur l’augmentation de la participation des jeunes filles, mais également sur le renforcement des relations sociales entre les élèves, et entre les élèves et les enseignants, grâce à la Playdagogie. Il a également été observé que les passerelles mises en place entre les acteurs éducatifs des écoles et Centres pour Jeunes ont eu un réel impact positif sur la re-scolarisation des enfants. 

 

Amep Burundi

 

Compréhension et inclusion du handicap

100% des enfants ont pris conscience qu'un handicap n'est pas forcément visible.

Dans les pré-tests, 55% des enfants estiment que les enfants valides et en situation de handicap ne peuvent pas jouer ensemble. 

Dans le post-test il n’y a qu’un seul enfant qui reste sur cette position.

 

Impact positif sur le maintien scolaire

Les enseignants constatent une réduction de l'absentéisme des élèves et des taux d’abandon.

 

Prise de conscience de l'importance de l'école et de l'inclusion

Pour « Il est important que les filles comme les garçons aillent à l’école », les réponses « tout à fait d’accord » varient de 0% à 75%.

Pour « Il est important que les enfants en situation de handicap aillent à l’école », les réponses varient de 11% à 100%.

 

Passerelles scolaire - extrascolaire

La relation de confiance entre animateur, enfant et famille est vue comme condition préalable au succès du processus de retour à l’école. Plus de la moitié des enseignants et animateurs du programme ont échangé au moins une fois par semaine (51,32%). 

 

Partenaires : AFD / Unicef / Fondation Abdeslam