Aller au contenu principal

Le Playlab se déplace : Retour sur une observation de terrain au profit du programme Sport et Réfugiés

Mercredi 25 mai 2022

playlab on the field: to observe, challenge and improve contents from oltalom's feedbacks and Ground uses

[en Français plus bas]

For few days, PLAY International (PLAY) had the opportunity to follow Oltalom Sport Association (OSA) on the field. It was a chance to observe and challenge PLAY’s socio-sport contents developed within the European program of social inclusion of refugees and asylum seekers through sport.

 

But first, let’s start by presenting Oltalom

It is a large organisation founded in 1986 to help the most helpless. It has schools, kindergarten, refugee shelters, mother shelters, homeless shelters, hospitals.  The Oltalom Sport Association, founded in 2005, is a smaller organisation within Oltalom.  It does open trainings twice a week, separately for children, teenagers /adults, and women. Anyone can join, but most of the players are refugees, migrants, romas, kids from children's home. During a week, they also do:

  • training in a children's home,
  • training in a school for kids with special needs
  • two trainings in a women's penitentiary for 4 different groups,
  • and since the war in Ukraine, separate trainings for refugees from Ukraine.

These days allowed PLAY to observe and challenge 10 PLAY’s sessions, and to exchange with professionals about the use of sport as a tool, about refugees’ situation in Hungary, about PLAY’s contents values, etc. It was a very enriching and relevant visit for both the continuation of the program and the NGO.

Anne Méaux and Alexanne Bardet, representing PLAY International team, met almost the whole OSA team even if they were more with Frigyes Hegyi sportive coach, and Tímea Turcsik social worker. Few times after returning to France, another time of exchange between PLAY and Frigyes allowed all of them to come back on this shared experience and to have a reflective return on it.

Anne: “How Oltalom is using sport – in what purpose / goal?”

Frigyes: “We use sport as a tool for integration. Sport can teach useful social, life skills, like teamwork, communication, creativity, perseverance, understanding and respecting rules, learning how to deal with winning and losing, learning about our limits, and how to push them. Regular trainings are also a good free time activity, so they spend their time with something useful and gives structure to their everyday life. But more importantly we are building a community with sport, a community with positive values, with good role models.  Kids become friends while playing together and hopefully these important relationships are helping them outside of the pitch too, throughout their life. Sport is a common language in which they can express themselves, show themselves to the world, and get closer to other groups of the society.”

Alex: “About our contents, what have you – as a coach, find interesting in them? In other words, what have decided you to use them?”

Frigyes: “Some of them I found unique, very different from the games that I know. A part of those contents is totally fresh material, not just another version of a game that we are used to do. I am always looking for new materials, to make it varied, fresh for my players and for myself. In a lot, there is some competitive element in it. But it is not like someone who is eliminated and must sit and watch the rest of the game from the outside. Anyone can equally play. They are complex enough which is good, because it is challenging, and interesting for the players. And at the same time, it is simple enough so that everyone can play and enjoy without me regularly stopping the game and correcting some rules. There were a lot of running involved in a playful way, and our players run a lot without complaining.  And they also had to think and make some tactics while running. Games are finally flexible; you can add and take out some rules, adapt them freely.”

Anne: “Does OSA have find relevant PLAY’s venue on the ground? Why?”

Frigyes: “Yes, it was inspiring to see you being so dedicated about the games, and so attentive, precise about every detail.  It was an exciting and challenging experience to try out so many games in so little time, with different players, under your supervision. I learned a lot also by talking about it. We do a lot of training and play a lot of games every week, but we don't stop very often to think and reflect about them, however this is the base of our work.  Also, it was interesting to hear your point of view on what happened during a game which was different from what I experienced from the inside.”

Alex: “Thank you for all those full answers. Now, kind of open question, we would like to know if there is anything else you want to share with us? Things you find important to highlight?”

Frigyes: “Besides all the things listed above, for me, there is 3 very important things that I think we can teach to kids throughout these games, not just your games; it is things I realised after your visit. 

One is what we already talked about is this thing to push them a little bit out of their comfort zone. Many can be closed minded, especially the ones who are coming from difficult background. Due to discrimination, traumas, fear of failing, they will say no to a lot of things that is new to them. Learning the rules of a new game, every week, and the tactics of it, experiencing that they can have fun in so many ways, making them playful will also make them open. Which is the key thing to be able to develop and learn as an individual.

The second thing is to make them understand that they have a responsibility in their community, in what happens to them, and it can be learned throughout games. On one side, any game can be useless if the players attitude is joyless or even unsympathetic; and, on another side, any game can be a lot of fun if the players are enthusiastically engaged. What I want them to understand is that we are not a circus presenting them a show which they either like or dislike.  If they want to enjoy and develop themself, they must put something into it, no matter what the activity is. The game is just a set of rules, the players are the heart of it.

And the third thing is to teach them that what is important is not to win a game but to play in a way that the others will want to play with you again.  In football, it is harder because most of them will have an urge to win due to what they see . But in games like yours it is easier, and it is also a life lesson that you will have opportunities in life if others invite you, and they won't invite you if you want to always beat them and prove that you are better. Working, having friends, is the same thing, you must be someone with whom it is fun to play with. Because life is a series of games, except some are more serious than the others.”

 

It appears that this visit was relevant for both structures and created strong ties between the two structures. There was a real sharing of experience and knowledge through an upskilling on different tools or practices that exist.
Oltalom Terrain
---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Durant quelques jours, PLAY International (PLAY) a eu l'opportunité de suivre l'Association Sportive d'Oltalom (OSA) sur le terrain. C'était l'occasion d'observer et de tester les contenus socio-sportifs développés par PLAY dans le cadre du programme européen d'inclusion sociale des réfugiés et demandeurs d'asile par le sport.

 

MAIS TOUT D'ABORD, COMMENÇONS PAR PRÉSENTER L'OLTALOM...

C'est une grande organisation fondée en 1986 pour aider les plus démunis. Elle dispose d'écoles, de jardins d'enfants, de foyers pour réfugiés, de foyers pour mères, de foyers pour sans-abri, d'hôpitaux.  L'Association sportive d'Oltalom (OSA), fondée en 2005, est une plus petite organisation au sein d'Oltalom. Elle organise des entraînements ouverts deux fois par semaine, séparément pour les enfants, les adolescents/adultes et les femmes. Tout le monde peut s'inscrire, mais la plupart des joueurs sont des réfugiés, des migrants, des roms ou des enfants de foyers. Au cours de la semaine, ils peuvent aussi faire :
  • un entraînement dans un foyer pour enfants,
  • un entraînement dans une école pour enfants ayant des besoins spéciaux
  • deux entraînements dans un pénitencier pour femmes pour 4 groupes différents,
  • et depuis la guerre en Ukraine, des formations séparées pour les réfugiés d'Ukraine.

Ce déplacement a permis à PLAY d'observer et de tester 10 sessions directement sur le terrain, mais aussi d'échanger avec des professionnels sur l'utilisation du sport comme outil, de la situation des réfugiés en Hongrie, les valeurs du contenu de PLAY, etc. Ces retours sont très enrichissants et pertinents, tant pour la suite du programme que pour l'ONG.

Anne Méaux et Alexanne Bardet, représentants l'équipe de PLAY, ont été majoritairement accompagnée par Frigyes Hegyi - coach sportif, et Tímea Turcsik - assistante sociale. A leur retour en France, un autre temps d'échange entre PLAY et Frigyes a été organisé et a permis à tous de revenir sur cette expérience partagée et d'en faire un retour réflexif.

ANNE : "COMMENT OLTALOM UTILISE LE SPORT - DANS QUEL BUT / OBJECTIF ?"

Frigyes : "Nous utilisons le sport comme un outil d'intégration. Le sport peut favoriser l’apprentissage de compétences sociales utiles, comme le travail d'équipe, la communication, la créativité, la compréhension et le respect des règles, apprendre à gérer la victoire et la défaite, apprendre à connaître ses limites et à les repousser... Les entraînements réguliers sont également une bonne activité de temps libre, pour structurer et donner davantage de sens ou d’objectifs à leur vie quotidienne. Mais plus important encore, nous construisons une communauté avec le sport, une communauté avec des valeurs positives, avec de bons modèles.  Les enfants deviennent amis en jouant ensemble et, espérons-le, ces relations importantes les aideront également en dehors du terrain, tout au long de leur vie. Le sport est un langage commun dans lequel ils peuvent s'exprimer, se montrer au monde et se rapprocher d'autres groupes de la société."

ALEX : "QU'EST-CE QUI VOUS A INTERESSE, EN TANT QU'ENTRAÎNEUR, DANS NOS CONTENUS ? EN D'AUTRES TERMES, QU'EST-CE QUI VOUS A DÉCIDÉ À LES UTILISER ?"

Frigyes : "J'ai trouvé certains jeux uniques, très différents de ceux que je connais. Ce ne sont pas juste des nouvelles versions mais vraiment des nouveaux jeux que nous pouvons avoir l'habitude de mettre en place. Je suis toujours à la recherche de nouveaux matériaux, pour diversifier mes séances. Dans beaucoup de cas, il y a un élément de compétition. Mais ce n'est pas comme quelqu'un qui est éliminé et qui doit s'asseoir et regarder le reste du jeu de l'extérieur. Tout le monde peut jouer de manière égale. Ils sont assez complexes, ce qui est bien, car c'est un défi et c'est intéressant pour les joueurs. Et en même temps, c'est assez simple pour que tout le monde puisse jouer et s'amuser sans que je doive régulièrement arrêter le jeu et corriger certaines règles. Il y avait beaucoup de courses à faire de manière ludique, et nos joueurs ont beaucoup couru sans se plaindre.  Ils ont également dû réfléchir et élaborer des tactiques tout en courant. Les jeux sont finalement flexibles ; vous pouvez ajouter et retirer certaines règles, les adapter librement."

ANNE : "EST-CE QU’OLTALOM A TROUVÉ PERTINENT LA PRESENCE DE PLAY ? POURQUOI ?"

Frigyes : "Oui, c'était inspirant de vous voir si dévouées à l'observation, être si attentives sur chaque détail. C'était une expérience excitante et stimulante d'essayer tant de jeux en si peu de temps, avec différents joueurs, sous votre supervision. J'ai aussi beaucoup appris en en parlant. Nous nous entraînons beaucoup et jouons beaucoup de jeux chaque semaine, mais nous ne nous arrêtons pas très souvent pour y penser et y réfléchir, alors que c'est la base de notre travail.  Aussi, il était intéressant d'entendre votre point de vue sur ce qui s'est passé pendant un match, qui était différent de ce que j'ai vécu de l'intérieur."

ALEX : "MERCI POUR TOUTES CES RÉPONSES. NOUS AIMERIONS MAINTENANT SAVOIR S'IL Y A AUTRE CHOSE QUE VOUS VOULEZ PARTAGER AVEC NOUS ? DES CHOSES QUE VOUS PENSEZ IMPORTANTES À SOULIGNER ?"

Frigyes : "En plus de tout ce que j’ai énuméré précédemment, pour moi, il y a 3 autres choses importantes à souligner grâce à ces jeux ; ce sont des choses que j'ai réalisées après votre visite.
D’abord, et nous en avons déjà parlé, le fait de pousser les enfants un peu plus en dehors de leur zone de confort. Beaucoup peuvent être fermés d'esprit, surtout lorsqu’ils viennent de milieux ou de parcours difficiles – à cause de la discrimination, des traumatismes, de la peur d'échouer. Ils diront non à beaucoup de choses nouvelles. Mais l’apprentissage régulier des règles d'un nouveau jeu, de différentes tactiques, leur permet de découvrir qu'ils peuvent s'amuser de tant de façons et favorisera leur ouverture d’esprit ; ce qui est la clé pour se développer individuellement et apprendre.
La seconde chose est de leur faire comprendre qu'ils ont une responsabilité dans leur communauté, dans ce qui leur arrive, et que cela peut s'apprendre par le jeu. D'un côté, n'importe quel jeu peut être inutile si les joueurs n’y mettent pas de leur personne ; et, d'un autre côté, n'importe quel jeu peut être très amusant si les joueurs sont impliqués. Ce que je veux qu'ils comprennent, c'est que nous ne sommes pas un cirque qui leur présente un spectacle qu'ils aiment ou qu’ils n'aiment pas.  S'ils veulent s'amuser et se développer, ils doivent s'investir, quelle que soit l'activité. Le jeu n'est qu'un ensemble de règles, les joueurs en sont le cœur.
Et la troisième chose est de leur apprendre que l'important n'est pas de gagner mais de jouer de telle sorte que les autres aient envie de jouer avec eux à nouveau.  En football, c'est difficile parce que la plupart des jeunes ont envie de gagner, parce que c'est ce qu'ils voient dans les compétitions officielles, etc. Mais dans des jeux comme les vôtres, c'est plus facile. C'est une leçon de vie d’une certaine façon, vous aurez des opportunités dans la vie si les autres vous y invitent, et ils ne vous y inviteront pas si vous voulez toujours les battre et prouver que vous êtes meilleur. Travailler, avoir des amis, c'est la même chose, vous devez être quelqu'un avec qui il est amusant de jouer. Parce que la vie est une série de jeux, même si certains sont plus sérieux que d'autres."

 

Ce déplacement a finalement été pertinent pour les deux structures qui ont pu créer des liens forts. Il y a eu un réel partage d'expériences et de connaissances tout en favorisant une montée en compétence sur les différents outils ou pratiques maitrisées par Oltalom et PLAY.

 

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Programme financé par la Commission Européenne – Agreement number EAC-2019-0529