Aller au contenu principal

Zoom sur l'OSC incubée Livr'raison

Jeudi 15 décembre 2022
#Incubateur
#afrique de l'ouest
#Sénégal

Dans le cadre de la deuxième phase du projet d’accompagnement, l’incubateur était de retour fin novembre en Côte d’Ivoire pour une mission de renforcement de capacités de 10 jours. Un programme sur mesure a donc été construit permettant aux coordinateurs des 3 organisations de la société civile (OSC) ivoiriennes d’aiguiser leurs compétences en matière de gestion de projet, stratégie de communication, et suivi et évaluation digitalisée. Après 3 premiers jours en présence de l’équipe de Visions Mêlées Côte d’Ivoire, Johan, le coordinateur de l’incubateur s’est rendu au nord de la Côte d’Ivoire dans le département de Korhogo ; lieu de déploiement des activités de Livr’raison & ASDAE.

 

 

La genèse de Livr’raison

Philippe Konodano raconte que l’idée est née d’une correspondance tissée entre une jeune française, Claudia et lui-même, un jeune ivoirien. En juin 2011, ils décident de fonder une association en France, ASDAE, et une en Côte d’Ivoire, Livr’raison, afin de réunir les jeunes des deux pays autour de cette initiative. Au tout début, les associations créent des bibliothèques en zones rurales et organisent du soutien scolaire pour faire face à l’énorme défi de manque de matériel scolaire, particulièrement important dans les villages isolés.

 

Livr'raison

 

En 2013, après une mission exploratoire, ils s’implantent dans un village du nord de la Côte d’Ivoire, où cohabitent ethnies dioulas et sénoufos, et s’engagent dans le soutien à l’agriculture familiale locale, dans le renforcement de la coopérative artisanale, et dans l’éducation, à travers de nombreux projets en faveur de l’école. Pour la première fois en 2020, Livr’raison et ASDAE engage un projet de développement par le sport, financé par La Guilde et rejoint rapidement le projet incubateur en Afrique de l’Ouest pour bénéficier d’un soutien continu.

 

« Le handball : un sport dénué de stéréotypes, un sport "neutre" »

Philippe, explique que depuis jeune il était avide de sport et organisait régulièrement des activités comme des "petit poteaux", un style de football à la Côte d’Ivoire qui attire les amateurs de tout âge. Après avoir fait le constat qu’il n’y avait pratiquement pas de loisirs et de divertissement pour la gent féminine dans la zone rurale de Korhogo, c’est donc sans surprise, qu’ensemble, Philippe et Claudia décident de créer un projet de sport et de développement. L’objectif ? Autonomiser les filles du village de Katia âgées entre 10 ans et 19 et mieux les guider pour faciliter leur insertion professionnelle à travers la pratique du handball. Pour atteindre ces objectifs ambitieux, l’association s’est mise à créer un terrain de handball, former les équipes féminines et les coachs, et finalement organiser des entrainements hebdomadaires.

Pourquoi donc avoir choisi le handball ? Pour Philippe la réponse est évidente : « Le handball est ici un sport peu pratiqué et donc "neutre", ce qui facilite l’accès. Il y a moins de stéréotypes et de résistance comme il pourrait y en avoir avec le foot par exemple ».

 

Handball

 

Un renforcement de capacité facilité par l’incubateur

En plus du renforcement en matière de gestion de projet, suivi/évaluation, structuration de projet, et création d’opportunités de financements, l’incubateur a également permis à Philippe de maitriser la méthodologie du socio-sport qu’il applique régulièrement lors des entrainements de handball. Un des jeux sportifs préférés est celui du "jeu des métiers" qui vise à réduire les stéréotypes de métiers liés au genre. Le message ? Un homme peut devenir sage-femme, tout comme une femme peut devenir médecin, il n’y a aucune limitation inhérente au genre.  

La mission de 3 jours à Korhogo a notamment permis de pousser les connaissances en matière d’ingénierie pédagogique en formant 10 enseignants et directeurs d’écoles primaires au socio sport. De nouvelles séances seront déployées avec le soutien de Livr’raison et ASDAE.

Enfin dans le cadre de l’incubateur, Livr’raison a pu bénéficier d’une dotation en matériel sportif ce qui a permis l’achat de maillots, chaussures et chaussettes pour les 4 équipes de handball de Katia. « Les filles se sentent fières quand elles portent ces beaux maillots, et ça a permis de développer leur confiance en soi ! » 

 

Un projet à succès et prometteur pour le futur

« Au début, la première année, les filles étaient plutôt timides. Elles n’osaient pas défier la norme en pratiquant le sport. Mais avec une pratique régulière sous les yeux du village, quelque chose a changé et la deuxième année nous avons été submergés par le nombre de filles souhaitant rejoindre les équipes, jusqu’au point où nous avons été obligés de mettre en place un processus de sélection. Aujourd’hui ce sont les garçons qui réclament la création d’une équipe ! ».

Ce succès n’est pas anodin. En effet, il s’agit-là d’un exemple concret d’un changement de mentalités chez les habitants de Katia : chez les parents tout comme chez les filles. C’est un résultat qui a pu avoir lieu grâce à la pratique régulière du handball mais également à travers la mise en place d’un tournoi réunissant plusieurs villages ainsi que les chefs de villages Dioulas et Sénoufo, un véritable temps fort pour le projet. « C’était un moment important, où nous avons vu comment le village entier s’est retrouvé autour du terrain de handball. Un moment de cohésion sociale, de fierté pour les parents, et nous avons profité de l’évènement pour sensibiliser sur l’égalité des genres en ayant des arbitres femmes, et plusieurs stands tenus par des femmes comptables, sage-femmes, professeures de lycée pour présenter leurs métiers. »

 

Aujourd’hui, Livr’raison et ASDAE ont pour projet de répliquer ce projet à plus grande échelle et ainsi d’encourager ce changement de mentalités sur les capacités des jeunes filles, dans une dizaine de villages environnants !

 

Livr'raison