Aller au contenu principal

L’incubateur Afrique de l'Ouest à Abidjan

Jeudi 28 juillet 2022
#EJO
#Sénégal
#Incubateur

Aujourd’hui, la majorité des fondations, institutions, et autres bailleurs qui financent les projets sport et développement sont issus des pays occidentaux. Un clivage nord-sud s’est rapidement créé aujourd’hui entre les structures qui financent et qui sont financées dans ce secteur. C’est dans cette logique que l’incubateur de PLAY International en Afrique de l’Ouest (AO) a été pensé. Il revient de la responsabilité des acteurs bénéficiant de ces financements de renforcer les capacités des acteurs de la société civile qui mettent aujourd’hui en place de nombreux projets à fort impact social mêlant sport et développement.

 

Le socio-sport pour améliorer les conditions de vie des jeunes détenus

Aujourd’hui l’incubateur accompagne et renforce les compétences de 5 organisations de société civile (OSC) en Côte d’Ivoire, Burkina Faso et au Togo. Elles portent aujourd’hui des projets où le sport est un outil pour l’insertion professionnelle, la cohésion sociale, ou encore l’égalité des genres. Une de ces structures bénéficiant d’un accompagnement est l’organisation non-gouvernementale ivoirienne nommée La Balle aux Prisonniers (BAP). Cette OSC opère aujourd’hui au sein de 3 Centres d’Observation pour Mineurs (COM) qui se situent à Abidjan, Bouaké et Mans. Ces COM sont des centres pour les mineurs non-jugés ayant commis des délits de tout type. À travers des séances de jeux sportifs et des formations professionnalisantes tel qu’en pisciculture, cuniculture, ou encore en pâtisserie, la BAP offre une seconde chance à ces mineurs souvent marginalisés et rejetés par la société.

Pour Olympe Konan, coordinateur de la BAP basé à Abidjan, le choix de travailler pour cette OSC était évident. « À travers mon expérience au sein de l’Action des Chrétiens pour l'Abolition de la Torture (ACAT), j’ai pu constater que le sport et l’insertion professionnelle étaient de réels besoins dans les maisons d’arrêt et de correction et dans les centres d’observation pour mineurs. En travaillant pour la BAP j’ai ainsi pu lier ma passion pour le sport avec ma conviction de vouloir améliorer les conditions de vie des détenus ».

Gauthier Djievie, assistant chef de projet basé à Bouaké, a été intéressé par la BAP car « l’amélioration des conditions de vie des détenus par le sport est une innovation et la BAP est la seule de le faire en Côte d’Ivoire. J’encadre régulièrement bénévolement des enfants de 12-14 ans en étant chef de scout donc de pouvoir travailler avec des enfants était important ».

 

Se former pour monter en compétences

L’incubateur AO propose un accompagnement régulier sur des modules variés allant de la gestion financière, en passant par le suivi et l’évaluation, à l’ingénierie pédagogique. Cette première phase d’accompagnement s’est traduit par un suivi régulier des activités et de deux bootcamps à Dakar permettant une monté en compétences à travers une formation intense sur une durée d’une semaine. Selon Olympe, « tout au début du projet il n’y avait pas de lien direct entre les séances de sport et la réinsertion professionnelle des mineurs.  On pataugeait.  À travers les bootcamps on a eu un outil qui nous a permis d’efficacement travailler sur les compétences des mineurs et donc d’avoir un instrument pour efficacement atteindre notre objectif ». Gauthier ajoute qu’« au-delà des relations partenariale et professionnelle avec PLAY et les autres représentants des 4 autres porteurs de projet, c’est une relation fraternelle qui s’est développée. Nous sommes en contact régulier avec les autres représentants ».

 

Olympe et Gauthier
 Gauthier Djievie, assistant chef de projet et Olympe Konan, coordinateur de la BAP

 

Depuis mai, l’incubateur est passé à sa deuxième phase qui comprend un accompagnement sur-mesure pour chacune des structures partenaires. Avec le lancement de cette nouvelle phase d’accompagnement, une formation de 4 jours a eu lieu pour renforcer les capacités principalement de la BAP. En plus de la participation d’Olympe et Gauthier, 4 coachs travaillant au sein des COM du Mans, Bouaké et Abidjan ont participé à la formation de 4 jours organisée par PLAY avec l’accueil chaleureux de la BAP. Les contenus se sont portés sur plusieurs thématiques identifiées comme prioritaires dont l’insertion professionnelle, le suivi et l’évaluation, l’écoute active, la médiation, les parcours de vie des enfants en rupture avec la loi, et finalement l’outil du socio-sport. Deux travailleurs sociaux, avec une riche expérience auprès des enfants délinquants sont intervenus sur une journée pour dresser un tableau complet des facteurs environnementaux, sociaux et familiaux, derrière la délinquance et pour présenter deux outils facilitant la gestion de conflits avec ce public cible : l’écoute active et la médiation. Pour Olympe cette formation a été un succès : « On tire toujours bénéfice d’une formation. Certains thèmes abordés comme la médiation et l’écoute active vont certainement nous aider dans notre projet tout comme dans notre vie personnelle. Nous sommes de moins en moins sur le terrain, donc nous voulions que nos coachs sportifs qui travaillent directement dans les centres d'observation pour mineurs puissent s’approprier l’outil du socio-sport ». Pour Gauthier « la formation a bien répondu aux attentes et a pu renforcer ma maîtrise de l’outil du socio-sport ». Depuis les bootcamps, Gauthier s’est aventuré avec succès dans la création de contenus mêlant sport et sensibilisation à l’environnement qu’il utilise régulièrement avec les jeunes scouts ; un bel exemple de comment l’outil sport peut être adapté en ayant une connaissance de base de la méthodologie.

En plus de la participation de la BAP, d'autres porteurs de projets, Livr’raison et Visions Mêlées, ainsi qu’Imagine le Monde et Léo Lagrange ont pu bénéficier de la formation, permettant ainsi de renouer les liens déjà existants entre les structures et d’en créer de nouveaux.

Cette première formation répondant aux besoins précis de la BAP lance ainsi le début des actions de cette deuxième phase de l’incubateur et permettra d’atteindre l’objectif fixé de réduire le clivage nord-sud qui est bien visible dans le sport pour le développement.

Formation à Abidjan incubateur Afrique de l'Ouest

 

Formation à Abidjan incubateur Afrique de l'Ouest

 

Sur les réseaux sociaux